Un seul baptême ?

Le rite et la réalité

 

Entre les mains des hommes, les choses les plus belles deviennent des sujets de discorde. Ainsi en est-il du baptême et du repas du Seigneur1. Que penser, par exemple, de l'expression : "baptême protestant" ou "baptême catholique" ? Comment se situer par rapport à un tel usage de ce mot ?

Plusieurs raisons peuvent expliquer les difficultés de compréhension ou de blocage. Une de ces raisons est sans doute que l'on parle souvent du baptême, comme s'il n'existait qu'un baptême, tandis que le Nouveau Testament parle de plusieurs baptêmes2. On peut en mentionner trois :

- le baptême des prosélytes3 ou baptême de Jean-Baptiste, basé sur la repentance et la confession des péchés ;

- le baptême d'eau au nom du Seigneur Jésus4, comme témoignage de notre foi et de notre appartenance au peuple des disciples,

- le baptême en Christ5, qui n'est pas un rite extérieur mais l'expérience d'union à Jésus-Christ, dans sa mort et sa résurrection, par la nouvelle naissance6.

Alors, pourquoi Paul dit-il qu'il y a "un seul baptême" (Ep 4.5-6)? Y a-t-il là une contradiction ?
Pas du tout. Paul parle ici du baptême en Christ, de l'expérience évidemment unique par laquelle un homme ou une femme sont venus à Christ dans la foi, et sont devenus un avec lui, dans sa mort et sa résurrection. Cela est produit et scellée par le Saint-Esprit en vue de marcher en nouveauté de vie. Cela peut-il être produit par un rite extérieur – reçu enfant ou adulte ? Aucunement.

Le baptême de Jean et le baptême d'eau au nom de Jésus n'ont-ils donc aucun rapport avec cela ?
Il y a un rapport – le baptême de Jean préparant la venue du Messie et la prédication de l'Evangile ; le baptême d'eau au nom de Jésus rendant témoignage de notre foi et de notre appartenance au corps de Christ – mais en aucun cas ils ne peuvent être confondus.

Ces trois baptêmes ont donc un sens ; mais un seul est vraiment capital, nécessaire : le baptême spirituel qui nous unit à Christ, nous faisant participant de sa mort et de sa résurrection. Cependant, le mot 'baptême' désignant aussi le rite extérieur, la confusion s'est introduite dans la chrétienté, le rite extérieur étant bien-sûr plus facile à "administrer" que l'expérience intérieure.

Nous remarquons que si l'apôtre Paul pratique le baptême d'eau dans le livre des Actes7, il n'en parle pratiquement plus jamais dans ses lettres aux églises. Aux Corinthiens, il écrit : "Je rends grâces de ce que je n'ai baptisé aucun de vous, excepté Crispus et Gaïus, afin que personne ne dise que vous avez été baptisés en mon nom. J'ai encore baptisé la famille de Stéphanas ; du reste, je ne sache pas que j'aie baptisé quelque autre personne. Ce n'est pas pour baptiser que Christ m'a envoyé, c'est pour annoncer l'Evangile" (1 Co 1.14-17).

En écrivant cela, Paul distingue bien ce qu'opère la Parole de Dieu dans le coeur et ce que signifie le rite extérieur. Le rite extérieur a son importance, mais il est second. L'expérience intérieure est première. Comment devient-on enfant de Dieu ? En recevant la Parole de Dieu – en recevant Jésus-Christ – dans son coeur, par la foi8. Mille baptêmes ne pourront jamais opérer cela (Ga 5.6).

Quand, ailleurs, Paul parle du baptême, il parle du baptême en Christ, de l'expérience par laquelle le croyant devient un avec son Sauveur, par l'action de l'Esprit et au moyen de la foi. Il peut écrire : "J'ai été crucifié avec Christ ; et si je vis, ce n'est plus moi qui vis, c'est Christ qui vit en moi ; si je vis maintenant dans la chair, je vis dans la foi au Fils de Dieu, qui m'a aimé et qui s'est livré lui-même pour moi"9. Cette expérience correspond à la nouvelle naissance. On ne naît de nouveau qu'une fois. Il y a donc bien "un seul baptême", par lequel on devient un avec Christ.

Lisons le passage où se trouve cette expression : "Il y a un seul corps et un seul Esprit, comme aussi vous avez été appelés à une seule espérance par votre vocation ; il y a un seul Seigneur, une seule foi, un seul baptême, un seul Dieu et Père de tous, qui est au-dessus de tous, et parmi tous, et en tous »10. Les réalités spirituelles mentionnées ici émanent toutes de Dieu seul. Le corps dont il est question est le Corps de Christ, c'est-à-dire son Eglise : non pas l'institution gérée par les hommes mais l'ensemble de ceux qui lui appartiennent par une vraie foi. Comment le baptême d'eau pourrait-il trouver sa place dans une telle énumération ? Quand Paul dit qu'il y a un seul baptême, il est assez évident qu'il parle du baptême spirituel qui "fait" le chrétien.

Notons que le 'tous' de l'expression : "Père de tous, parmi tous et en tous" désigne évidemment les chrétiens. Tous mais eux seuls ; eux seuls mais tous ! Ainsi, les expressions 'baptême catholique' ou 'baptême protestant' n'ont véritablement aucun sens.

Un passage important se trouve au début de Romains 6.Il vaut la peine de le citer en entier.« Que dirons-nous donc ? Demeurerions-nous dans le péché, afin que la grâce abonde ? Loin de là ! Nous qui sommes morts au péché, comment vivrions-nous encore dans le péché ? Ignorez-vous que nous tous qui avons été baptisés en Jésus-Christ, c’est en sa mort que nous avons été baptisés ? Nous avons donc été ensevelis avec lui par le baptême en sa mort, afin que, comme Christ est ressuscité des morts par la gloire du Père, de même nous aussi nous marchions en nouveauté de vie. En effet, si nous sommes devenus une même plante avec lui par la conformité à sa mort, nous le serons aussi par la conformité à sa résurrection, sachant que notre vieil homme a été crucifié avec lui, afin que le corps du péché fût détruit, pour que nous ne soyons plus esclaves du péché; car celui qui est mort est libre du péché. Or, si nous sommes morts avec Christ, nous croyons que nous vivrons aussi avec lui, sachant que Christ ressuscité des morts ne meurt plus; la mort n’a plus de pouvoir sur lui. Car il est mort, et c’est pour le péché qu’il est mort une fois pour toutes ; il est revenu à la vie, et c’est pour Dieu qu’il vit. Ainsi vous-mêmes, regardez-vous comme morts au péché, et comme vivants pour Dieu en Jésus-Christ »11.

Quand Paul dit : "Nous tous qui avons été baptisés en Jésus-Christ", Paul parle-t-il du baptême d'eau ? Nullement. Il parle du baptême spirituel par lequel on devient chrétien. Cela signifie : Nous tous qui avons été unis à Jésus-Christ par la foi, nous sachant pécheurs et perdus sans lui, rachetés et sauvés avec lui. Par la foi (qui est elle-même un don de Dieu), nous sommes "en Christ" et lui en nous. Le rite extérieur n'opère pas cela. Seul le Saint-Esprit le peut. Nous savons que l'expression "en Christ" désigne très exactement la position du chrétien12.

Sans cette expérience d'union à Christ, il n'y a aucune vie chrétienne authentique possible. Il est extrêmement malheureux que des milliers, peut-être des millions de personnes se croient chrétiennes parce qu'elles ont reçu un baptême d'eau, tandis qu'elles ne connaissent pas le Seigneur Jésus personnellement. Elles s'évertuent à vivre comme des chrétiens, sans l'être devenus, en plaçant leur attente dans la supposée efficacité des oeuvres ou des rites – ce qui est le propre d'une démarche religieuse, et non le propre de la foi.

Charles NICOLAS –  2016

______________________________

1Le document BEM (Baptême, Eucharistie, Ministères), rédigé en 1982, rappelle que des désaccords importants demeurent entre Catholiques et Protestants sur ces trois sujets.

2Hébreux 6.2 mentionne "la doctrine des baptêmes". Certains ont repéré 7 baptêmes différents dans le N.T.

3Mt 21.25 ; Mc 4.1-4 ; Ac 1.22 ; 13.24 ; 18.25 ; 19.3-4.

4Ou au Nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit. Mt 3.13-17 ; Ac 8.29-38.

5Mc 1.8 ; Ac 2.41 ; 18.8 ; Ro 6.1-7 ; Ga 3.27.

6En Marc 10.38-40, Jésus parle du "baptême dont il doit être baptisé" : il s'agit de sa mort sur la croix. Lui seul va accomplir cela ; mais chaque chrétien va y être associé par la nouvelle naissance, en étant uni à sa mort pour vivre d'une nouvelle vie avec lui et en lui. Le baptême d'eau n'opère pas cela : il en est le signe seulement.

7Ac 16.33 ; 18.8 ; 19.4-5 ;

8Jn 1.12-13 ; Jc 1.18.

9Ga 2.20.

10Ep 4.4-6. Voir aussi 1 Co 12.12-13.

11Ro 6.1-11.

12Lire Ro 8.1 ; 2 Co 5.17 ; Ga 3.27 ; Ep 1.1 ; 2.10, 13 ; 3.6 ; 4.15, 32 ; Ph 1.1 ; 4.7, 21 ; Co 2.1, 11 ; 1 Th 4.16.